Quel avenir pour le minage des cryptos ?
« 
 »

Quel avenir pour le minage des cryptos ?

Quel avenir pour le minage des crypto ?

Salut les geeks !

Aujourd’hui, je vais parler gros sous (virtuels), mines (virtuelles), et impact environnemental (pas virtuel). Je vais parler crypto-monnaies.

On entend souvent parler du Bitcoin (BTC) et de ses milliers de frères et sœurs, Ether ou Ripple pour citer deux des plus gros. Les médias sont toujours promptes à parler des cours qui montent, tombent et remontent à toute vitesse.

Ils sont aussi promptes à évoquer l’impact environnemental des devises virtuelles. C’est que le BTC est énergivore : le fonctionnement du réseau exige beaucoup d’énergie. Pourquoi ? Et comment résoudre ces problèmes ?Voici quelques pistes de réponse.

  

Une mine virtuelle nourrie par des terrawatts très réels

Le Bitcoin et nombre de ses descendants tourne selon le système de proof of work (ou preuve de travail). Il s’agit d’une méthode de validation, nécessitant des calculs lourds (et des installations à la puissance complètement dingue) permettant d’ajouter un bloc à la blockchain, structure de base des cryptos.

Estimer l’énergie annuelle consommée par le réseau BTC est compliqué,et après avoir passé la majeure partie de l’année à annoncer une consommation annuelle similaire à l’Autriche (73TWh), le site Digiconomist a revu ses estimations à la baisse : le réseau Bitcoin a la même consommation électrique que l’Irak. Oui, ça reste beaucoup.

Et si on considère que les principales fermes de minage du BTC sont implantées en Chine, pays du confucianisme et puis surtout des centrales à charbon, il y a de quoi se faire du souci. Alors, quel avenir énergétique pour le minage des cryptos ?

  

À la recherche des terrawatts verts

Quel avenir pour le minage des crypto ?

Pour assurer l’avenir du minage, les grands acteurs du secteur doivent confronter la question.

Prenons les pools de minages. Ces fermes, à l’exemple de GenesisMining, louent leurs puissances de calcul énormes aux particulier pour leur permettre de miner sans équipement. Et pour répondre aux défis environnementaux, l’entreprise fondée en 2013 s’est installée… en Islande. Et de nombreuses autres fermes ont suivi le mouvement.

C’est qu’en Islande, il fait froid, donc économie d’énergie pour refroidir le matos. Et puis, en Islande, 89% de la production énergétique est renouvelable, et l’électricité est bon marché.

Tous les terrawatts ne sont pas nés libres et surtout égaux : un terrawatt produit au renouvelable n’a pas le même impact qu’un terrawatt au charbon.

Le futur du minage passera en partie par l’énergie verte, garante d’un impact environnemental moindre. Mais ce n’est pas la seule piste explorée parles professionnels de la crypto.

  

Les cryptos : une technologie appelée à se perfectionner

Quel avenir pour le minage des crypto ?

L’autre piste est simple : l’optimisation ! Le Bitcoin, précurseur de la blockchain, fêtait ses dix ans en 2018. La technologie à la base des monnaies virtuelles est jeune, et ne demande qu’à être améliorée.

Le BTC, c’est un peu la Ford-T des cryptos : un précurseur, un grand succès, et un modèle appelé à être supplanté au fil des développements technologiques. Ses successeurs, déjà, explorent d’autres pistes que le proof of work pour alléger la facture énergétique.

Ainsi l’Ether mentionné plus tôt, qui prépare sa transition du proof ofwork vers le proof of stake, preuve d’enjeu, nettement moins gourmande en puissance de calcul. Et puis, avec d’autres systèmes comme le delegated proof of stake, ou encore le proof of elapsed time (développé par Intel), et bien d’autres encore, de nombreuses pistes sont explorées pour rendre le fonctionnement de la blockchain plus fluide et moins consommateur.

Et puis, la blockchain elle-même est appelée à évoluer. On peut parier que le code des blockchains dans vingt ans sera plus léger, très différent des codes actuels.

C’est que l’industrie n’a pas le choix : si les crypto-monnaies veulent changer le monde, elles vont devoir se mettre au régime énergétique, et passer au vert.

A propos de l'auteur :

Passionné par l'univers du Web, les Nouvelles Technologies et le High-Tech, je partage sur Place4Geek mes découvertes et le meilleur de l'actualité geek, du net, des jeux... Vous pouvez me contacter personnellement sur contact[.at]place4geek.com ou par message privé sur Twitter.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur Twitter Devenez fan de Place4Geek Suivez nous sur Google+ Abonnez-vous à la chaîne Place4Geek Abonnez-vous à notre flux RSS